À compter du 1er mars et jusqu’à la fin juin, les entreprises des « secteurs protégés » au titre de l’activité partielle devraient pouvoir bénéficier d’une prise en charge intégrale dès lors qu’elles ont subi une perte de chiffre d’affaires d’au moins 80 %.

C’est ce que prévoient un projet d’ordonnance et un projet de décret transmis aux partenaires sociaux le 15 janvier. Deux autres projets de textes réglementaires reportent du 1er février au 1er mars l’évolution des taux de prise en charge de l’activité partielle. Ce n’est donc qu’à cette date que le taux de droit commun de l’allocation d’activité partielle passerait de 60% à 36%.

LIRE L’ARTICLE

felis quis, ultricies consectetur risus Aliquam dapibus Lorem neque. non fringilla ut